ARTgenda #8 : FIAC 2016

La FIAC est un événement ainsi qu’un acteur incontournable de l’art contemporain et de son marché ! Elle se déroule cette année du 20 au 23 octobre 2016.

img_5843

Même si l’art contemporain n’est pas du goût de tout le monde, il faut admettre que la foire en elle-même est grandiose et prend plus d’ampleur chaque année.

Cette année, l’hôtesse de la FIAC Jennifer Flay, a même réussi à piétoniser une partie de l’avenue Wiston Churchill entre le Grand Palais et le Petit Palais (la portion qui se situe entre le croisement avec l’avenue des Champs-Elysées et le pont des Invalides).

De plus, la directrice de la FIAC a étendu la foire hors de son hôte habituel qu’est le Grand Palais. A son tour le Petit Palais devient l’écrin de la FIAC. En effet, l’espace « On Site » au sein du Petit Palais est dédié à la sculpture ainsi qu’à l’installation. Le nouveau lieu d’exposition »On Site » est organisé en partenariat avec le directeur du Petit Palais.

img_5847

Cette 43è édition de la FIAC a pour volonté de renouer avec l’histoire architecturale de la ville de Paris. La piétonisation de l’avenue Winston Churchill a pour but de recréer l’esplanade originelle de l’exposition universelle de 1900. Cet espace piéton est un pont entre le Petit Palais et le Grand Palais dont le décor est confié à Lawrence Weiner. L’espace « On Site » de la FIAC était d’ailleurs gratuit et a permis à tous les passants d’admirer les œuvres exposées en plein air, à même le sol. Autre prouesse réalisée lors de la FIAC,  le rétablissement d’une liaison, presque oubliée, entre le Salon d’honneur du Grand Palais et le Palais de la Découverte.

En plus du Petit Palais et du Grand Palais, la FIAC était aussi présente « Hors les Murs » du Grand Palais: dans les jardins des Tuileries, place Vendôme ainsi qu’au musée national Eugène Delacroix. Ambitieuse, Jennifer Flay souhaite même conquérir la place de la Concorde dès l’année prochaine. Et oui, il faut penser à l’organisation de la FIAC quand le Grand Palais sera en travaux.

img_5900
 Presumptive Close, Pae WHITE, 2016, Kaufann Repetto Gallery (Milan), southern ice porcelain, glacure d’or, fil d’aluminum , 97 éléments, hauteur variable, diamètre 164 cm

Dans les coulisses de la FIAC…

Comment sont choisies les galeries exposantes à la FIAC ?

Un comité de sélection, composé de 8 membres, a pour mission d’évaluer les candidatures. Leur mandant est de 2 ans. Le comité de sélection apprécie l’historique de la galerie, la liste des artistes permanents le programme d’exposition. Il est composé cette année des membres suivants:  Olivier Antoine, Gisela Capitain, Mark Dickenson (Neue Alte Brücke, Frankfurt), David Fleiss (Galerie 1900-2000, Paris), Solène Guillier, (gb agency, Paris),  Jan Mot (Jan Mot, Brussels, México D.F.), Emmanuel Perrotin (Galerie Perrotin, Paris, New York, Hong Kong, Seoul), Christophe Van de Weghe (Van de Weghe, New York).

Au total, pas moins de 70.000 personnes se sont empressés de se rendre dans ce sanctuaire de l’art contemporain. 187 galeries de 27 nationalités différentes (133 galeries étrangères), 1 500 artistes et des visiteurs de 58 nationalités différentes ont contribué à une foire très internationale avec un objectif cette année : une très large programmation. 53 galeries françaises sont présentes soit 28% des exposants.

Ce que j’ai pensé de la FIAC

Quand on visite la FIAC, il faut lâcher prise. Ici pas de cartels ni pas de visites thématiques ou guidées. On visite espace par espace, galerie par galerie, avec parfois pour seul fil commun l’art contemporain. On passe d’un médium à l’autre, d’une technique à une autre. On admire l’art tout simplement, sans nécessairement chercher à l’intellectualiser sans l’aide d’un contexte. Cette approche de la visite change des expositions traditionnelles. D’une certaine façon la FIAC est un choc culturel, un choc par la quantité d’art et par cette approche un peu déroutante. Un peu à la manière de l’exposition du Grand Palais « carambolages », les foires nous apprennent et nous permettent d’ expérimenter une approche différente de l’exposition.

img_5901
Fernand LEGER, Composition, 1925, Gouache, aquarelle et mine de graphite sur papier; 16 x 11 cm, Galerie ZLOTOWSKI

J’avoue que cette quantité d’art dans une espace si « petit » peut donner le tournis.  Je garde un bon souvenir de la FIAC mais pas exceptionnel. Je crois que je n’ai pas encore tout à fait amadoué l’art contemporain. J’ai vu de belles choses, j’ai vibré, j’ai apprécié des œuvres que j’ai trouvé ludiques, belles, intéressantes et différentes mais rien ne m’a transcendé.

Je remercie la FIAC de m’avoir invité.

Gwenola Bovis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s