Droit et Art #3 : Anish Kapoor

Voici un rapide article, à mi chemin entre  l’actualité artistique et le droit !

Ces derniers jours, le sculpteur Anish Kapoor a fait l’objet de vives critiques pour avoir acquis, en février, les droits exclusifs du Ventablack : un noir très particulier qui absorbe 99,996% de la lumière, très mat et extrêmement profond, acronyme de « Vertically aligned nanotubes array».

anishkapoor11
L’artiste Anish Kapoor, source : art wiki

Ce noir a été créé à des fins militaires par la société britannique Surrey Nano Systems: il est composé de minuscules nanotubes de carbone. La couleur appliquée sur une surface irrégulière faire apparaître la surface plane comme sur ce papier d’aluminium. Cette couleur permet donc de rendre les objets « invisibles ».

super-black

 

Anish Kapoor mérite t-il  toutes les critiques dont il est l’objet ? 

Au regard du droit, non. En effet il s’agit d’un contrat entre la société et l’artiste même si cela porte atteinte à la possibilité d’autre artiste de pouvoir utiliser cette couleur. De plus les sociétés peuvent continuer à l’utiliser à des fins autres qu’artistiques. Enfin, Anish Kapoor n’ a pas encore exercé le droit qu’il a, d’interdire les autres artistes d’utiliser ce noir ; et qui sait s’il le fera ?

Néanmoins, il faut savoir qu’un noir du même type a été mis au point par la NASA et qu’il a même été utilisé par un artiste belge répondant au nom de Frederik de Wilde. Donc finalement les artistes qui ont haussé le ton contre Anish Kapoor n’ont pas de fondement car ils peuvent utiliser un produit ayant les mêmes propriétés !

Il s’agit donc d’une critique fondée sur le fait qu’un artiste ait réussi à s’offrir le monopole de l’utilisation d’une couleur.

Mais est-il le seul à avoir fait ça ?

La marque Orange, Nikon, Hermes et même La Poste ont chacune déposé sur la pantonier leur couleur ! Le IKB (International Klein Blue) avait aussi créé la polémique mais ce dernier avait  aussi voulu déposer son bleu très spécial, cependant l’INPI ne lui a attribué aucun monopole d’utilisation.

Dirty-Corner-l-installation-d-Anish-Kapoor-au-chateau-de-Versailles-vandalisee_image_article_large

Anish Kapoor, Dirty Corner, exposé à Versailles en 2015

Chicago, Illinois, America

Anish Kapoor, Cloud Gate (or The Bean), 168 plaques d’acier soudées, 2004, L.: 20 m, H.: 13 m Chicago, Jardin Millenium

 

E-02-MONUMENTA2011-Anish-Kapoor_Leviathan_light1

Anish Kapoor, Leviathan, exposé au Grand Palais en 2011

© : Babelio, L’Obs

Gwenola Bovis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s