Daniel Buren, »Les deux plateaux »

Les Deux plateaux, ou plus simplement « Les colonnes de Buren » du nom de l’artiste, réalisés entre 1985 et 1986, sont une sculpture permanente installée dans la cour du Palais-Royal. Cette oeuvre a été commandée sous la présidence de François Mitterrand (1916-1996),  qui a réalisé 2 septennats de 1981 à 1995.

Buren-colonnes-renovees-Palais-Royal-1

Maintes fois critiquée et à l’origine d’une polémique importante, cette œuvre d’art est l’exemple d’une commande publique, laissée au libre arbitre du Président de la République de l’époque, François Mitterrand, sans aucune commission quant au choix de l’oeuvre. Cette commande est passée en 1983, Jack Lang est alors Ministre de la culture. Plusieurs erreurs administratives sont d’ailleurs commises lors cette commande publique et Jack Lang n’a que faire de l’avis de la commission consultative qui n’est pas favorable à ce projet.

Cette œuvre permanente fait d’autant plus scandale qu’elle est dans l’espace public, aurait-on du consulter les Parisiens, à l’origine du financement, sur l’installation de cette œuvre ?

Cette œuvre intéressante pose la question de l’art contemporain dans un lieu historique, d’autant plus que le Palais-Royal est entouré du Conseil Constitutionnel, du Ministère de la Culture & de la Communication mais aussi de la Comédie Française.

Le projet artistique de Daniel Buren (1938-) est ballotté entre les différents changements politiques et la première cohabitation de la Vème République (élections municipales de 1977 : Jacques Chirac est élu maire de Paris jusqu’en 1995 puis en 1986 jusqu’en 1988, Jacques Chirac est nommé Premier ministre sous François Mitterrand).  Jacques Chirac refuse d’accorder le permis de construire à Daniel Buren, les travaux sont arrêtés pour non respect des procédures. Daniel Buren se retrouve seul à défendre son œuvre dégradée, qui sera restaurée en 2008, et inaugurée seulement vingt-trois ans après sa commande, c’est-à-dire en 2010 par Fredéric Mitterrand.

Après le scandale et les problèmes liés à cette commande, l’Etat n’ose plus passer ce genre de commandes publiques, il préfère les installations temporaires aux œuvres permanentes dans l’espace public.

©: archeologue over blog

Gwenola Bovis

https://www.facebook.com/Parisartreview/?ref=aymt_homepage_panel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s